Accueil > coups de coeur > voir, lire > Le miel des anges

Le miel des anges

de Vanghelis Hadsiyannidis

mercredi 7 avril 2004, par Geneviève Monloubou

Le titre grec de ce livre, Les quatre murs, rend bien la sensation d’enfermement et de folie qu’éprouve le lecteur, mais il ne tient pas compte de l’originalité de cette incroyable histoire. Vanghelis Hadziyannidis a trente-cinq ans, il entre en littérature avec ce roman plus influencé par James, Hawthorne et Kafka que par ses contemporains hellènes. Ce devait être une simple nouvelle, mais Michel Volkovitch , le traducteur, voit au-delà de ce livre facile en apparence de 281 pages dont aucune n’est superflue « une fiction-labyrinthe pleine d’échos, d’obsessions, d’ambiguités, de perplexités, dont l’inquiétante étrangeté s’exhale peu à peu, sournoisement sans qu’on sache toujours d’où elle vient ». La quête du miel, les travaux des moines sont sans doute une allégorie du travail d’écriture, les personnages dont la psychologie se réduit à quelques idées fixes sont cependant toujours dotés d’une vie intense et énigmatique. Les surréalistes auraient apprécié « ce tissu de rêves, ce bijou incandescent », Bunuel aurait pu ... en faire son miel.


Traduction de Michel Volkovitch
éd. Albin Michel, 281 pages, 20 €