Accueil > Lettre de Crète > 2004 > Voyages îles ioniennes

Voyages îles ioniennes

avril 2003

juillet 2004, par Geneviève Monloubou

Périple organisé avec « La route des monastères » et ses principes : marche, repas dans la nature, visites de monastères, logement soit dans ces derniers, soit en gîtes, soit en chambres d’hôtes.
À Cephalonie, nous visitons Koronatou et Theotokou Kipoureon, dont le jardin est perché sur le vide, nous nous promenons dans la plaine parsemée de pitons rocheux de Chavriata. Ensuite, la plage de Myrto, la péninsule d’Assos, et Fiskardo. Puis une balade au sommet le plus élevé de l’île, le mont Énos, ses sapins et sa neige. Beau panorama mais glacé ! Un tour à Theotokou Agriliou et nous voici à Agios Gerasimos pour dormir. Avant de gagner Poros, nous admirons Agios Georgios, Spartia, sa côte sauvage, Thetokou Sission. Puis à pied jusqu’à Thetikou Atrou.
De Sami, nous embarquons pour Ithaque et gagnons Perachori et ses gîtes accueillants. Marche sur les hauteurs, fontaine d’Arethuse, Marathias. Kathara, dans la montagne, Anogi et Stavros, avec une excellente taverne. Nous gagnons à pied Taxiarchon, et en bas Vathi et Agios Nikolaos, avec son icône attribuée au Greco. Puis à partir du hameau perché d’Exogi, une marche jusqu’à Panagias, dans les fleurs.
Nous quittons Ithaque pour Leucade en ferry. De Vassiliki nous gagnons le saut de Leucade et ses rochers, 70 m au-dessus de la mer. Une marche dans la garrigue, puis voici Moni Phaneromenis, près de la capitale. Nous allons dormir deux nuits dans ce monastère où frère Arsenios nous accueille chaleureusement. Nous randonnons le long des gorges près de Kavalos. Nous assistons à plusieurs offices de la semaine sainte avant notre départ pour le mont Elati. Dans ce décor minéral, notre seule compagnie est un troupeau de chèvres, avec une vue panoramique sur la ville et la côte de Leucade, et sur la baie de Nidri. Puis nous partons à pied pour Agia Paraskevi. Nous nous retrouvons sur le port de Nidri et bientôt dans les chambres d’hôtes de Paleokatouna. À Nidri, très touristique, nous préférons la montagne au-dessus de Neochori ou Geni, sur la péninsule face à Nidri avec ses rochers à pic sur la mer. Pour trouver une plage, nous allons jusqu’à Pergiali, pour une dernière baignade !

Geneviève Monloubou